canalsatellite_ac_noir


TANDEM(S) – SAISON 4

 

DU 1er JUIN AU 31 OCTOBRE 2024

Canal Satellite/AC invite deux couples d’artistes, à créer en duo, un projet visible dans l’espace public. L’association souhaite ainsi apporter un éclairage sur les liens profonds et les singularités mutuelles qui réunissent deux artistes qui partagent leur vie. Une manière de découvrir et d’apprécier de nouvelles pistes, en tandem.

Suzanne STRASSMANN /Eric MAILLET

Suzanne alterne entre des performances de peinture publiques et un travail de manipulation d’images réalisé en atelier dont tout récemment des athlètes handisports.
Ces dernières années, la photographie et la peinture se développent simultanément dans son travail.
Ses peintures réalisées à l’atelier sont inspirées de photos ou de collages numériques : Internet est la source principale de ses recherches du « motif parfait ». Ensuite, sans dessin préparatoire ni épiscope, le chemin de l’image mentale à la toile doit être le plus court possible.
Dans son travail de peinture in situ, le processus est différent. Sous le regard des spectateurs, elle travaille avec des modèles vivants et peu de matériel.
Sa concentration donne alors une énergie particulière à la peinture et au trait. Comme le temps de réflexion est inexistant, elle travaille en état d’urgence. Et, tandis qu’elle échange avec son public, sa main exécute un tableau, qu’elle découvre après la séance.

La démarche artistique d’Eric repose sur la captation de textures de sons, de paroles
et de bruits.
Il concentre son travail sur des installations sonores, qui recueillent le langage et les ambiances dans des contextes sociaux et territoriaux précis et produisent des dispositifs et installations incluant ces matériaux en retour.
Travaillant plus particulièrement avec les médias numériques, il s’intéresse au statut des images, leur valeur documentaire et leur économie de production.
Artiste plasticien, il entretient une relation particulière avec tout ce qui touche au langage. Son message est simple : valoriser le bruit, la voix et les paroles.
Il est question de récits : écrits, parlés, vécus, imaginés, peu importe. La trame est là, il joue avec et s’autorise toutes sortes de manipulations : recompositions, agrégations, (dé)montages, scansions, énumérations… dans un ensemble de réalisations à voir, toucher, écouter et lire.

Julia COTTIN/Mathieu CHERKIT

Après avoir passé sa 4ème année à l’Art Institute de Chicago, Julia Cottin est diplômée de l’Ecole Supérieure d’Art et Design de Saint-Etienne.
Parallèlement à sa pratique de sculpteur, l’artiste réalise de nombreuses œuvres graphiques (gaufrage, aquarelles, détrempe, pigments sur papier, techniques mixtes). Développée autour de gestes simples (tailler, découper, assembler, empiler…), sa sculpture trouve sa source d’étude dans l’architecture, à travers ses symboles (la colonne) et ses archétypes (le monument aux morts).
Depuis 2006, au travers d’installations, de sculptures et de dessins, Julia s’engage dans des travaux liés aux architectures de pouvoir. Elle se les réapproprie, en détournant les codes, les formes, les volumes et les espaces, pour les transformer en espaces imaginaires et/ou en faire des « territoires en négatif ».

Après des études aux Beaux-Arts de Nantes et à la Hochschule für Grafik und Buchkunst à Leipzig, le travail de Mathieu CHERKIT est régulièrement exposé en France et à l’étranger. La galerie Xippas, qui le représente, vient de lui consacrer une exposition personnelle dans son espace parisien.
Il peint « sur le motif » et aborde l’exercice de la peinture par l’un de ses fondamentaux : la perspective centrale.
Le choix d’un emplacement, la désignation d’un point de vue décident de l’agencement du futur tableau. Ce qui apparaît sur la toile est une réduction homothétique de ce que l’artiste, placé à cet endroit précis, retient de la réalité.
Libéré du souci de la composition, il peut se concentrer sur la manière dont il va élaborer le tableau. Apparemment parfaitement réalistes, ses toiles obéissent à un traitement de l’espace qui ne suit pas la logique du réel. Les règles conventionnelles et le réalisme sont abandonnés au profit d’expérimentations spatiales qui perturbent le regard.

MIGENNES

JEUDI 11 JUILLET 2024
PASSAGE DE LA FLAMME OLYMPIQUE


Canal Satellite/AC invite un duo d’artistes qui met en place des réalisations 
spécifiques installées à proximité immédiate de l’axe de passage de la Flamme Olympique.

SUZANNE STRASSMANN réalise en direct une peinture de grande dimension (1,50 m x 2m) représentant les portraits de personnes rencontrées dans le public. Outre leur participation volontaire, ces personnes ont pour caractéristique commune de porter un signe lié à une pratique sportive : tenue, accessoire, etc… Les différents portraits à la peinture à l’huile sont réalisés en direct et en 10 minutes chrono et se juxtaposent sur la surface de la toile.

ERIC MAILLET installe sur le site un dispositif d’écoute sous la forme d’un banc, préalablement transformé en objet sonore. Toute personne qui s’y assoie peut ainsi écouter le montage audio grâce à un dispositif de diffusion caché dans le banc.
La bande sonore est une longue plage musicale plutôt pop, avec des paroles reprenant, combinant et articulant rythmiquement différents encouragements et phrases de supporters de sports variés.

CAP MIGENNES PLAGE
« DES TOTEMS DANS LA VILLE »
DU 15 AU 18 JUILLET 2024

Canal Satellite/AC invite Julia COTTIN (Diplômée de l’Ecole supérieure d’Art et de
Design de Saint-Etienne) qui propose une animation développée autour de gestes
simples : tailler, découper, assembler, empiler…

Mise en place dans le cadre du Contrat de Ville, cette action artistique est ouverte à tous et gratuite.
Elle a pour objectif de favoriser l’implication citoyenne et de sensibiliser les publics à la culture artistique, à la protection de l’environnement et au développement durable. La construction collective de sculptures-totems identifiera chaque micro-quartier à travers l’assemblage étonnant et drôle d’un ensemble de matériaux et d’objets divers et hétéroclites du quotidien.
Cette installation est accompagnée d’un support de médiation qui donne des clés de lecture de chaque totem et identifie les
noms de participants.
Chaque journée s’articule autour de la construction des sculptures-totems.
Tout le monde se met d’accord sur la création du totem et sur le message qu’il délivre et chacun met ses compétences au service de l’œuvre collective.

Info + : Animation autour du projet sur le bateau « C’est la vie ! » sur la Fête au Port de Migennes le samedi 18 mai.

POUSSE-POUSSE : MATHILDE CHASSAIGNE
DU 1er JUIN AU 31 OCTOBRE 2024

Le programme « Pousse-Pousse » accueille en résidence de jeunes artistes émergents ou récemment diplômés. Il propose un soutien à la création et à la production artistique. Dans ce cadre, Canal Satellite/AC invite Mathilde CHASSAIGNE à créer un projet visible dans l’espace public.

Actuellement, le travail de Mathilde s’articule autour de la notion du repos et du champ lexical de l’oisiveté. Pour ce projet, elle propose de disséminer sur un parcours défini et dans différents endroits de la ville de Migennes les morceaux d’un poème acrostiche. Les initiales de chaque vers trouvé permettent la découverte d’une phrase, clé de l’énigme. L’objectif est, qu’au fil de leur « enquête », les habitants ou autres promeneurs soient interpellés par ces phrases sorties de « nulle part » et se posent des questions.

Mathilde CHASSAIGNE a obtenu son Diplôme National d’Art et son Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique à Dijon, avant de s’expatrier pour une année au Japon où elle a suivi des cours à la Nagoya University of Arts. Elle vit et travaille actuellement à Lyon.
La recherche artistique de Mathilde est intimement liée à l’environnement dans lequel elle se trouve. Répliquant la nature, elle plante et cultive des végétaux qu’elle observe pousser, lentement, avant de les mettre en scène dans ses sculptures. Son travail se veut résolument organique et vivant. Elle utilise principalement des matières, des couleurs et des teintures naturelles. Dans un espace et un temps donné, sa pratique artistique se déroule souvent en deux phases : la création d’objets en vue d’une installation et la réalisation d’une performance chorégraphique, mêlant parfois musiciens et danseurs, entre le corps humain mobile et ses sculptures immobiles. Ainsi, l’artiste dévoile au spectateur un tableau vivant multi-sensoriel, empreint de poésie et d’harmonie.

Librement adapté d’un texte de Jessica Watson – Responsable des collections XXe et XXIe siècles des Musées de Dijon.

VERNISSAGE LE SAMEDI 1er JUIN A 18H30
A L’ATELIER CANAL SATELLITE / AC
rue du Port du Canal 89400 MIGENNES

Canal satellite art contemporain est une association à but non lucratif fondée en 2015. Elle est basée à Migennes dans l’Yonne,  à mi-distance entre Paris et Dijon. Les sorties autoroutières A6 ainsi que de la gare sont proches.

La notion de laboratoire est la plus adaptée à cette structure satellite orientée vers l’aventure et l’expérimentation… lire la suite